CHLOÉ ASCENCIO — Facilitation interculturelle & Coaching
Crosscultural Facilitator & Coach, specialist of China Business & Management Culture – Coaching
1X0A3603-Modifier.jpg

Blog

Tous les articles

Tendances managériales chinoises : le paternalisme des experts

Chez Lenovo, le père fondateur, Liu Chuangzhi, a été rappelé à la barre à 65 ans, lorsque les ventes ont chuté. Il avait fondé Lianxiang (Legend) en 1984, alors qu'il gagnait 100 rmb par mois à l'Académie des sciences chinoises comme chercheur en informatique. Son groupe a connu une croissance constante jusqu'à racheter la division PC d'IBM en 2004. Il avait recruté l'Américain Amelio, un ancien de Dell, pour diriger son groupe rebaptisé Lenovo. Une fois que les managers d'ex-IBM ont été rassurés, il l'avait remplacé par Yang Yuanqing, son protégé (ingénieur informatique).  En 2009, Liu est revenu pour sauver Lenovo, en rétablissant un style de management confucéen fondé sur la loyauté personnelle au chef, un fonctionnement plus informel et une prise de décision plus centralisée. Le PDG sortant suivait ce que Liu appelle  “classic MBA way” travaillant de manière individuelle avec les chefs de départements pour faire exécuter les décisions. C'est ce qui, selon Liu, avait abouti à la création de 3 factions: les managers chinois des débuts (dont Yang Yuanqing), les cadres IBM de la vieille garde et les hommes recrutés par Amelio. Les conflits avaient empêché la coordination et l'engagement des managers du groupe. C'est au fond très courant lors des fusions & acquisitions que les cultures d'entreprises s'affrontent. En Occident on fait venir des consultants pour décristalliser les dissensions. En Chine, le conflit constitue la pire menace et n'est pas tolérable. Aussi, Liu a  repris les rênes à Yang et constitué un petit comité de 8 personnes de confiance agglomérées autour de sa personnalité incontestable. Confucius pensait que le leader confucéen idéal doit être fort mais bienveillant, et qu'une seule personne doit incarner cette autorité ultime qui manage fermement. La force de Lenovo, comme de la plupart des groupes chinois, ne vient pas des process mais de la capacité des leaders à rassembler derrière eux (par la force et l'amour paternel) et à imposer l'harmonie, c'est à dire l'absence de conflit.