CHLOÉ ASCENCIO — Facilitation interculturelle & Coaching
Crosscultural Facilitator & Coach, specialist of China Business & Management Culture – Coaching
1X0A3603-Modifier.jpg

Blog

Tous les articles

Haier le contre-exemple

Dans les années 80, l’entreprise d’Etat Qingdao Refrigerators connaissait un taux de rebut de 20%. Pour marquer les esprits et illustrer l’importance de la qualité, son dirigeant Zhang Ruimin a fait aligner 76 réfrigérateurs défectueux dans l’atelier. Puis il a distribué des marteaux aux ouvriers et leur a ordonné de détruire les appareils. Ces derniers hésitaient : un frigo représentait 2 ans de salaire. Voyant leur détresse, Zhang a dit: “Cassez-les! Si on envoie ces 76 frigos à la vente, on continuera la même erreur qui a conduit cette entreprise à la faillite." Les frigos ont été réduits en miettes. Un des marteaux est exposé au siège du groupe pour rappeler cet événement fondateur. C’est le mythe fondateur de Haier, élément originel qui marque la culture de cette entreprise.

Le groupe a été rebaptisée Haier (海尔littéralement « mer-toi ») surtout pour la consonnance germanique (gage de bonne qualité) de ce nom issu d’une ancienne association avec la marque allemande Liebherr. Le groupe employait 50000 personnes en  2009.

Haier a fait l’objet de nombreuses études et même d’un film  car ce champion national a battu en brèche l’image de « mauvaise qualité » qu’avaient à l’époque les produits chinois et réussi l’impossible : une expansion mondiale très rapide sur un marché saturé et contrôlé par de grands groupes occidentaux et japonais. En 15 ans, son dirigeant Zhang Ruimin est parvenu à transformer une danwei mourante en une multinationale de premier plan. - Chloé Ascencio

Il a mis en place des outils de management de type occidental (Planification, supply chain, contrôle des coûts…) et japonais (les 5S de la qualité totale) tout en insistant sur l’inspiration traditionnelle chinoise de son leadership. Notons au passage deux éléments symboliques de cette transition vers la mondialisation qui s’enracine dans les traditions chinoises : titulaire d’un MBA depuis 1995 (importance du diplôme qui légitime cet ancien apparatchik de danwei), Zhang Ruimin est également membre du Comité Central du parti Communiste chinois (dans une pure logique de guanxi), comme la plupart des grands patrons chinois qui sont ainsi cooptés par le pouvoir.

Symboliquement, Haier incarne la nouvelle puissance de la Chine avec la création d’une marque chinoise de renommée internationale. Elle consacre aussi l’émergence d’un nouveau management chinois  en rupture totale avec le passé, et qui depuis lors a inspiré de nombreux groupes chinois.

Ce nouveau management n’est pas seulement inspiré des modèles occidental et japonais, dont l’influence n’explique pas à elle seule les process et procédures, la planification par objectifs et la rémunération à la performance qui caractérisent ces multinationales chinoises. Les modèles de management très normés de ces grandes entreprises modernes plongent en effet leurs racines, et leur force d’entrainement en contexte chinois dans le bain antique de l’école légiste.