CHLOÉ ASCENCIO — Facilitation interculturelle & Coaching
Crosscultural Facilitator & Coach, specialist of China Business & Management Culture – Coaching
1X0A3603-Modifier.jpg

Blog

Tous les articles

Donner & Recevoir : le principe de réciprocité  报 bào

C’est un des vecteurs essentiel de la structuration sociale chinoise. Le caractère 报 bào signifie payer de retour, rendre la pareille. L’importance de la notion est aussi soulignée par sa proximité linguistique (phonétique) avec des mots comme : garder, prendre soin, protéger (保 bǎo) ; trésor, précieux (宝(寶) bǎo) ; et aussi … emballer, envelopper, paquet, colis (包 bāo).

报 bào énonce l’idée que l’harmonie sociale se constitue dans son ensemble par un échange continuel de dons et de contre-dons. De l’idée que l’être humain est perçu non comme un individu indépendant des autres, comme on le fait en Occident, mais plutôt comme ce qu’on appelle aujourd’hui un hub, un « nœud » à l’intérieur d’un vaste réseau d’échanges interpersonnels, Confucius a gravé dans le cœur des Chinois cette certitude : l’être humain n’acquiert sa véritable dimension humaine que dans sa relation avec autrui.

C’est pourquoi il le point d’orgue de son enseignement est la qualité de 仁 rén qu’il explicite non par une définition propre mais par une évocation justement basée sur la réciprocité : « Ne fais pas à autrui, ce que tu ne voudrais pas qu’il te fasse » (Lun Yu 14/24), idée qui, 23 siècles plus tard, sera reprise par Kant dans ses impératifs catégoriques

De ce principe de réciprocité découle l’importance accordée en Chine au cadeau.

A comparer les mots qui, en français et en chinois désignent l’objet de cet échange, fait tout de suite apparaître la différence culturelle qui fonde la notion de cadeau.

« Cadeau » dérive de capitellus qui, originellement, désignait l’ornementation ajoutée aux initiales en capitale dans les manuscrits enluminés offerts aux dignitaires. Ensuite, par métonymie progressive, le mot en est venu à désigner en général ce qui est offert. Cependant, cette origine dévoile le fait que, dans la culture française, le cadeau n’est pas de l’ordre du principal, mais relève de ce qui a trait à l’ajouté, voire au superflu.

 En chinois, ce qui correspond au mot cadeau est une expression en deux caractères 礼物 lǐ wù qui signifie littéralement : objets (物 wù) rituels (礼禮 lǐ), montrant bien par-là à quel point le cadeau est vécu, dans l’esprit chinois, non comme un objet formalisant un don personnel, mais comme un échange matérialisant, dans une situation donnée, la place hiérarchique réciproque entre les deux acteurs composant cet échange donc comme un élément essentiel de l’harmonie sociale.

Le cadeau, bien plus qu’un remerciement, est une double manifestation de « Face » à la fois pour la personne qui reçoit et pour celle qui offre. C’est pourquoi, offrir un cadeau est moins vu comme une manifestation d’amitié ou de politesse mais comme la démonstration rituelle de compétence sociale et d’harmonie rituelle.

Chloé Ascencio